lise-en lise-fr
[lise] Principe
Principe
Un hypertélescope est un télescope astronomique géant dont le miroir principal est composé de nombreux petits miroirs non jointifs disposés de façon très précise sur une surface virtuelle sphérique ou parabolique (voir conférence du Collège de France). On parle de télescope dilué (Le Coroller et al.).

Les faisceaux lumineux réfléchis par les petits miroirs placés au sol convergent et interfèrent en un point focal où ils forment une image. Cette image est reprise dans un dispositif optique placé dans une nacelle.

La faisabilité d’observations astronomiques avec une nacelle focale accrochée à des câbles à plusieurs dizaines de mètres au dessus d’un réseau de miroirs a été mise au point par l’Observatoire de Haute-Provence : construction d’un prototype de télescope dilué constitué d’un réseau de miroirs épousant au sol la courbure d’un miroir sphérique virtuel géant et développement de techniques d’asservissement et de techniques métrologiques.

L’image renvoyée sur la nacelle étant faiblement lumineuse au centre du champ, le dispositif optique placé dans la nacelle de l’Ubaye comprend une combinaison optique originale mise au point au Collège de France appelée un « densifieur de pupille ».
 
Schéma du densifieur de pupille ©AL 
 
Avant et après le densifieur de pupille ©AL
 
Positionnée très précisément à l’aide de 6 câbles manœuvrés par des treuils, la nacelle suspendue qui supporte le dispositif optique pointe l’astre et le suit dans son mouvement diurne.

Après traitement par le dispositif optique, l’image de l’astre est transmise grâce à un système de renvoi vers un petit télescope au sol asservi à la nacelle.

 Schéma des installations de l’hypertélescope de l’Ubaye ©MR
 Schéma montrant le déplacement de la nacelle optique sur la sphère © MR

L’image produite par un hypertélescope est une image directe, non une image reconstituée après calculs.

Le traitement optique des faisceaux lumineux réfléchis par les petits miroirs du « miroir dilué » permet d’obtenir une qualité d’image proche de celle d’un miroir géant d’un seul bloc – à ceci près que dans le cas du miroir dilué cette image est moins lumineuse puisque sa surface collectrice effective totale est moindre.

 

Les deux tripodes de la "zone des miroirs" à peine visibles dans le paysage, vue vers l’ouest ©MR,2012